Histoire du Théâtre Aleph

Notre histoire

Le Théâtre Aleph est né le 10 août 1967 au Chili.
Ses références historiques furent Che Guevara, Peace and love, les Beatles,
et Mai 68 à Paris.
Le Théâtre Aleph a été créé par des étudiants sans formation théâtrale provenant de différentes universités. Ses maîtres : Héctor Noguera (Chili), Agusto Boal (Brésil), Jerzy Grotowski (Pologne) et d’autres figures du théâtre mondial, ont participé de différentes manières à l’évolution de ce groupe qui correspondait à une nécessité théâtrale existant à cette époque.

Les évènements vécus par son pays d’origine (Le Chili) ont emporté le théâtre Aleph dans les camps de concentration. Dans ces camps, l’activité artistique s’est perpétuée comme lors de l’exil en France, développant une technique et une esthétique (le Latin’Actor).
Dans l’univers créatif du théâtre Aleph, la musique et la danse sont une constante.
L’univers de Fellini, la poésie de Neruda et le réalisme magique de Garcia Marquez inondent ses créations. Le mélange d’acteurs professionnels et d’hommes et de femmes de différents horizons avec ou sans expérience théâtrale, a permis de maintenir sa fraîcheur originale.

1968 > 1974 : CREATION

Le Théâtre Aleph est fondé en 1967 au Chili par Oscar Castro et des étudiants de divers horizons. Autodidactes, les Aléphiens inventent un théâtre-fiesta, subversif, corrosif, rempli d’humour et dérision. Leurs maîtres : Héctor Noguera (Chili), Augusto Boal (Brésil), Jerzy Grotowski (Pologne), Jorge Luis Borges (Argentine), Federico Fellini (Italie).

En 1973 le Chili vit le coup d’Etat et la dictature de Pinochet.

1974 > 1976 : DANS LES CAMPS

Oscar Castro, arrêté et mis en camp de concentration par la DINA, invente à l’intérieur des camps, les vendredis culturels. Il écrit et met en scène, avec les prisonniers, une pièce de théâtre par semaine (le public étant toujours le même). Des pièces d’amour, des classiques, des burlesques. « Je ne me suis jamais senti si libre pour écrire, qu’à l’intérieur du camp de concentration ! » nous confie Oscar Castro.

FIN 1976 > 1985 : EXIL A PARIS

A sa sortie des camps fin1976, Oscar Castro est exilé en France à Paris. Le théâtre Aleph est accueilli à la Cartoucherie de Vincennes, invité par Ariane Mnouchkine qui collabore au montage de la 1ère création, L’exilé Mateluna, à l'affiche plusieurs mois au Théâtre du Soleil en 1980.
« La plus belle pièce sur l’exil » selon Gabriel Garcia Marquez. Cette pièce devient un classique de l’Aleph.
De squat en squat, le Théâtre Aleph continue à grandir sous l’impulsion inépuisable d’Oscar Castro. En 1982 il obtient le prix du meilleur texte et de la meilleure mise en scène pour sa création La nuit suspendue (aux Rencontres Charles Dullin à Villejuif).

1986 > 1994 : COLLABORATION AVEC PIERRE BAROUH

1985 : Pierre Barouh rencontre Oscar Castro. Ensemble ils écrivent et jouent quatre pièces : 1985 - Le kabaret de la dernière chance, 1987 - La maison accepte l’échec, 1990 - Malenke et 1991 - La Tralalaviatta. Le Théâtre Aleph se produit à Paris au Zèbre, aux Etoiles, au Bataclan et au Loft.

1991 : Oscar reçoit pour son oeuvre le titre de Chevalier des arts et des lettres, décerné par Jack Lang.

1992 : Aleph présente le 1er Festival du Théâtre des Gens et des Métiers au Bataclan. Oscar Castro crée en 1990 une démarche de théâtre social en direction des exclus et des métiers, le Théâtre des Gens et des métiers. Il fait jouer des gens, de même métier ou même statut, dans une pièce qu’il créée avec eux, sur le thème de leur vie (enseignants, médecins, séniors, toxicos, chômeurs longue durée, jeunes de cités, de foyers, éducateurs, femmes en insertion, adolescents). Festival subventionné par le ministère de la culture et par la Fondation France Libertés.

Des personnalités l'entourent et collaborent à son travail : Robert Doisneau devient président du Théâtre Aleph de 1989 à 1994. Claude Lelouch et Thomas Gilou font tourner Oscar et la troupe dans leurs films, Il y a des jours et des lunes et Chili con carne. Ils sont soutenus par de fidèles spectateurs comme Pierre Richard, Jacques Higelin, Sapho, Danielle Mitterrand, Allain Leprest, Philippe Caubère, Noel Mamère, Alain Touraine, Luis Sepulveda, Alejandro Jodorowski... C'est à cette époque qu'Oscar dit que Le Théâtre Aleph passe de la misère à la pauvreté.

1996 > 2016 : L'ALEPH DANS SON LIEU 

Le Théâtre Aleph pose ses valises et s’installe en 1995 dans son propre lieu, à Ivry-sur-Seine, rue Christophe Colomb. Aménagement du lieu et travaux pour le transformer en théâtre aux normes de sécurité en vigueur. Ils inaugurent leur lieu de création, formation et représentation.

1996 à 1999 : Pierre Richard travaille comme acteur avec Oscar Castro et sa compagnie, dans 2 pièces : Meurtre à Valparaiso et Il était une fois un roi, jouées à Ivry, Paris, en province, ainsi qu’en Belgique, Russie, Sibérie, et Chili.

2000 : Création de l’école du Théâtre Aleph, le « Latin’Actor ». Des ateliers de théâtre pour enfants, adolescents et adultes..

2003 : Création de Le 11 septembre de Salvador Allende, écrite par Oscar Castro - Collaboration avec Adel Hakim qui met en scène la pièce - Co-production Aleph et le T.Q.I. (CDN d’Ivry).

2004 : Création de Pablo Neruda, ainsi la poésie n'aura pas chanté en vain, écrite et mise en scène par Oscar Castro - Collaboration avec Mikis Theodorakis qui signe la musique de la pièce, une mosaïque musicale.

2007 : Création de Hasta la vida siempre, une pièce sur l'écologie écrite et mise en scène par Oscar Castro - Collaboration avec WWF.

2009 : Création de La nébuleuse vie de José Miranda, écrite par Oscar Castro - 2ème collaboration avec Adel Hakim qui participe comme acteur et signe la mise en scène -  d’Oscar Castro - Co-production Aleph et le T.Q.I. (CDN d’Ivry).

2010 : Création de Les porteurs d'eau - Collaboration avec France Libertés et Danielle Mitterrand, pour  qui Oscar écrit la pièce et le conte pour enfants  Les Porteurs d'eau, dont la vente et la diffusion sont intégrées dans la campagne de l'eau de la Fondation.

2012 : Tournée au Chili avec La maison accepte l'échec dans les bidonvilles de la Région métropolitaine de Santiago - Coproduction Région Ile de France.

2013 : Création de Fragments d'un discours numérique écrite par Dominique Boullier - Adaptation et mise en scène d'Oscar Castro - Co-production Sciences Po et Théâtre Aleph.

2014 : Création de La brume, écrite et mise en scène par Oscar Castro - Collaboration avec Jean-Jacques Lemêtre qui signe la musique de la pièce.

2015: Reprise de la pièce créée en 1968 Vous prendrez bien un cocktail molotov - Tignous hasta siempre en hommage à Tignous.

2016: Reprise de la pièce créée en 1982 La nuit suspendue et création de la pièce L'indien qui marche sur la mer en hommage aux réfugiés noyés dans la méditerranée.

2013 > 2016 : L'ALEPH AU CHILI 

2013 : L'Aleph revient au Chili en créant une association locale dirigée par Gabriela Olguin.

2015: Le Ministre du Patrimoine offre une maison au teatro Aleph dans la commune de La Cisterna.

Accueil d’artistes français et latino-américains depuis 1995 à aujourd'hui :
(théâtre, chant, danse, concerts, peinture, cinéma)
Maryse Aubert - Héctor Noguera et Teatro Camino – Les Quilapayun – Les Inti Illimani historico – Isabel Parra – Queta Ribeiro – Cie Lluvia de luz – L’absolu Théâtre – Cie à l’affût – Mariana Montalvo – Cie Esbaudie – Tardi et Dominique Grange – Manuel Garcia – Cie Rhinocéros – Cie Chambouletout – Cie du miroir – Les grandes bouches – Léo Mélo – Pajaro Canzani – Les grands enfants – Cie Corbeilles et poulaillers – Cie Odysseus – Noches flamencas – Los Josefinos – Cie des Z'en Trop – Festival Evi'danse.

Nouveau rituel du Théâtre Aleph depuis la crise : toutes les pièces Aleph à l’affiche sont au tarif de 10,12,15 €. Tarif incluant un plat offert au public après la pièce, partagé avec les comédiens, dans une ambiance musicale et festive.

Nouveau rituel du Théâtre Aleph depuis l'attentat à Charlie Hebdo: le théâtre Aleph fabrique du pain artisanal à partager avec le public après le spectacle. 

Le Théâtre Aleph, amoureux de la vie, perpétue sa résistance joyeuse,  généreuse, et grondante d’une colère mâtinée de tendresse. Ils fabriquent des spectacles artisanaux, à la fois dingues et désopilants, foutraques et révolutionnaires.